Histoires célèbres et controversées autour de l'holocauste


"Fragments" de Binjamin Wilkomirski est une imposture ?


"Fragments", publié en France en 1995, est rapidement rangé parmi les grands témoignages sur l'Holocauste. Ce livre apporte le témoignage d'un enfant, ce qui était nouveau. Un enfant juif né à Riga, déporté tout petit à Majdanek et Auschwitz, décrit de l'intérieur les camps de concentration.

Il est démasqué en 1997 par Daniel Ganzfried qui publie dans la Weltwoche, début septembre 1997 : "Binjamin Wilkomirski, alias Bruno Dösseker, a certes connu Auschwitz et Majdanek. Mais seulement en touriste."
Article complet ici

 
 

Martin Gray "Au nom de tous les miens" est une imposture ?


"Martin Gray" (pseudonyme) a été un membre émérite du NKVD (regardez son uniforme d'officier avec des décorations). Il aurait su dissimuler sa réelle identité de bourreau soviétique en endossant le rôle d'une victime des nazis. Ce qu'il décrit est ce qu'il a vécu en tant que bourreau du goulag qui était un enfer pour les victimes des régimes bolchéviques mis en place par des juifs communistes. Le cas de Martin Gray est un exemple classique d'inversion accusatoire.


Le Monde publie le 27 novembre 1983 une critique intitulée "Roman et brouillard" dans laquelle Pierre Vidal-Naquet, le chasseur de Faurissons, lui-même, a eu le mérite de dénoncer l'imposture du faussaire Martin Gray qui n'a jamais mis les pieds à Treblinka.

Article complet ici

Wikipedia UK : Wikipedia



 
Le journal d'Anne Franck a été trafiqué ?

A la question d’un journaliste de l’hebdomadaire Regards le 7 novembre 1980, Pierre Vidal-Naquet, le même "chasseur de Faurissons", répondait que lorsque Robert Faurisson "montre que le Journal d’Anne Frank est un texte trafiqué, il n’a peut-être pas raison dans tous les détails, il a certainement raison en gros et une expertise du tribunal de Hambourg vient de montrer qu’effectivement, ce texte avait été pour le moins remanié après la guerre, puisqu’utilisant des stylos à bille qui n’ont fait leur apparition qu’en 1951.
Ceci est net, clair et précis".

Voici ce que déclare Faurisson lui même à la journaliste italienne Giovanna Canzanolors :
j’avais été amené à citer abondamment des extraits de ce prétendu journal ; le tribunal néerlandais a décidé qu’en agissant ainsi j’avais commis une sorte de vol au préjudice des ayants droit d’Anne Frank et il a aussi jugé qu’en semant le doute sur l’authenticité dudit ouvrage j’avais porté atteinte à deux fondations, l’une située en Suisse et l’autre aux Pays-Bas, défendant toutes deux la mémoire d’Anne Frank ; en outre, le tribunal a fait valoir que j’avais contraint le Musée Anne Frank d’Amsterdam à dépenser de l’argent pour entraîner du personnel à répondre aux questions posées par les visiteurs que mes arguments avaient pu troubler.

 
 
  75f48750ed7d78336ddae2f818b9fcef.jpg

"Survivre avec les loups", encore une fraude littéraire ?

Misha Defonseca demande pardon à ses lecteurs.
L’auteur du best-seller Survivre avec les loups a reconnu, dans les pages du quotidien belge Le Soir du 29 février 2008 (lesoir.be), que l’œuvre qu’elle présentait depuis plus de dix ans comme son autobiographie n’était en réalité que pure fiction.
On doit la vérité à une sombre histoire de droits d'auteurs !

 
Vidéo sur la fraude "Survivre avec les loups"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :