ACHTUNG ! MINEN !

Publié le par BobGratton

Source : Radio Londres - 23 oct 2009
Cet écriteau, on le voyait souvent, en France, surtout dans les régions côtières, après la guerre. On devrait le remettre en usage pour tous les scrivailleurs sionistes qui pullulent dans ce qui reste de la presse écrite et parlée, dont l’agonie risque d’être longue.

Attention : terrain miné ! Il s’agit bien, comme les fins lecteurs l’auront supposé, du révisionnisme. On a vu, lors de procès récents, une meute d’avocaillons (et d’avocaillonnes) se précipiter sur le terrain de l’argumentation sioniste, et, du fait de leur prodigieuse ignorance et de leur insondable paresse, sauter sur des mines qu’ils n’avaient pas prévues. De même, pour les scrivailleurs des journaux, qui descendent comme des vautours dès qu’un « cas » de révisionnisme est signalé: Hier, l’évêque Williamson; aujourd’hui, le professeur Antonio Caracciolo, de l’Université La Sapienza de Rome.
Des centaines d’autres cas sont signalés aux Etats-Unis, en Allemagne, en Scandinavie, en Espagne, en Grèce, en France même… Les dénonciateurs n’en peuvent plus. Ils explosent les uns après les autres dans des gerbes d’étincelles. L’époque ou un Faurisson ou un Butz ferraillaient vaillamment, presque seuls, est depuis longtemps révolue. Ils ont convaincu les gens par milliers. Ou d’avantage. Un peu partout, du Caire au Kamtchaka, de Chicago à Sydney… Ils ont pu donner une solide formation au président iranien, qui ne démord pas. L’ONU entre en trance. Obama a des frissons. Les prisons ne suffisent plus. On hésite à embastiller et ceux qui y sont commencent à sortir. Alors à quoi bon ? Les rodomontades israéliennes (nous allons juger et condamner tous ceux qui, dans le monde…) sont tombées dans l’oubli. La décision-cadre européenne 2008/913 n’a pas fait un pas en avant. La moitié de l’Europe ne veut pas de cette saloperie qui s’enlise. On ne sait plus quoi faire pour se faire pardonner l’existence des mines, imprévues, qui explosent au nez de ceux qui s’y attendent le moins. On envoie de plus en plus de wagons à Auschwitz, pleins d’écolier frais et rieurs, qui profitent du voyage pour faire une java de tous les diables.

Plus le temps passe, plus les mines se multiplient et rendent certains parcours dangereux. Il y a longtemps que les historiens, dans leur majorité, ont appris à contourner les questions sensibles, les mines,  que les révisionnistes ont disposés sur les points de passage obligés. Il règne dans certains cénacles une véritable fièvre obsidionale devant les « lois mémorielles ». Certains, pour échapper, se lancent dans de longues diversions, parcourent les steppes et chipotent les cosaques. Hélas, sur leurs arrières, les mines n’arrêtent pas de détonner. Leurs jours sont comptés.
Après tout, c’est bien fait pour leur gueule. Allez-y , Messieurs. On vous enverra la Croix-Rouge, armée de beaucoup de petites cuillères.
23 octobre 2009
 
Source : Radio Londres

Publié dans HISTOIRE

Commenter cet article