573 000 SMS du 11 Septembre d'agents du Pentagone, Fema, FBI, NYPD... téléchargeables sur Wikileaks

Publié le par BobGratton

Source : RFI - 27 nov 2009

Le site américain Wikileaks, connu pour héberger gratuitement tout genre de documents sensibles provenant du monde entier sur la corruption, l'abus du pouvoir et autres scandales rarement publiés dans la presse, a diffusé 573 000 SMS, provenant de téléphones portables, envoyés le 11 septembre 2001. Au-delà des messages qui seront décortiqués pour retracer le déroulement des événements, c'est l'existence même d'une telle base de données où sont archivés ces SMS qui interpelle.

Comment fonctionne Wikileaks ? Le site recueille des documents de contributeurs anonymes et leur assure une non-traçabilité. Son objectif est de permettre la diffusion d’informations protégées dites sensibles et de passer outre la censure. Les messages qu’ils viennent de publier concernant le 11-Septembre proviennent d'agents du Pentagone, du FBI, de l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA), du département de la police de New York ou encore de systèmes informatiques, donc automatiques, qui signalaient des erreurs de traitement à des banques situées à l'intérieur du World Trade Center.

La question qu’on peut se poser est qui a intercepté et archivé ces messages ? S'appuyant sur un document du FBI envoyé le jour des attaques, le site pense que la firme américaine Cisco, qui équipe de ses systèmes la quasi-totalité des réseaux informatiques du monde, aurait fourni à l'Etat le matériel nécessaire à l'interception et à l'enregistrement en temps réel de ces messages.

Mais tout ceci n’est qu’une supposition. Ces enregistrements étaient-ils autorisés par la loi ? La presse américaine s’est emparée de l’affaire et le sujet alimente déjà de vifs débats à l’heure où, par exemple, en France on s’interroge sur le droit à l’oubli numérique.

Source : RFI

NDLR :
Les messages sont téléchargeables, indexés... :
http://911.wikileaks.org/
http://911.wikileaks.org/release/messages.zip

Publié dans SIONISME

Commenter cet article