Ahmadinejad : le site nucléaire iranien nouvellement révélé est "parfaitement légal",

Publié le par BobGratton

"L'ère des empires est bel et bien désormais révolue et aujourd'hui, tout un chacun doit pouvoir participer à la gestion du monde", a affirmé le président de la République Islamique d’Iran lors d'une conférence de presse à New York.

Le site nucléaire iranien nouvellement révélé est "parfaitement légal", a déclaré vendredi le président Mahmoud Ahmadinejad lors de cette conférence de presse.


"Nous avons informé l'Agence internationale de l'énergie atomique ( AIEA) à l'avance. Nous devrions être félicités pour cela qui est parfaitement légal", a-t-il dit.

Le président iranien a rejeté en bloc, vendredi 25 septembre, les accusations portées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. La construction du nouveau site d'enrichissement d'uranium, "très ordinaire", a-t-il affirmé, rentre "parfaitement dans le cadre des règles" de l'AIEA, qui sera invitée à l'inspecter.

"Ils accusent un gouvernement indépendant sans se documenter", a-t-il ajouté."Nous faisons tout dans la transparence", a assuré le président iranien soulignant que cela ne voulait pas dire que l’Iran devrait informer l'administration de Barak Obama au sujet de toutes les installations dont elle dispose".

Lors de sa conférence de presse, Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que son pays avait réagi avec retenue à ces révélations se déclarant étonné au cours de la conférence de presse dans l'Hôtel Intercontinental de New York. "Je très surpris" d'un tel fracas médiatique » a avoué le président iranien.

Il a affirmé par ailleurs que Téhéran attendait beaucoup des négociations prévues jeudi à Genève avec les représentants des six puissances chargées du dossier nucléaire iranien (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne).

"Nous sommes pleins d'espoir à propos des discussions de Genève", a-t-il dit.

Le président russe Dmitri Medvedev, également présent à Pittsburgh, a souhaité que l'Iran "coopére pleinement" avec l'AIEA, tout en se déclarant toujours en faveur d'un "dialogue sérieux" avec Téhéran.

Interrogé sur l'argument américain selon lequel la taille des nouvelles installations est incompatible avec un usage civil, le président iranien a répliqué que "le président américain n'est pas un expert nucléaire" et devra laisser à l'agence "suffisamment de temps pour aller vérifier les choses".

"Conformément aux règles de l'Agence, selon lesquelles tout site d'enrichissement doit être déclaré à l'AIEA six mois avant l'injection du gaz, la République Islamique d’Iran a informé l’Agence onusienne 18 mois plus tôt", a souligné le président Ahmadinejad, avant de préciser qu'on doit permettre à l'AIEA de préparer ses rapports et de les mettre à la disposition des instances concernées. « Lorsque le rapport de l'Agence sera publié, ils regretteront indubitablement leurs propos, car ce site est un complexe tout à fait ordinaire et n'a rien de compliqué » a déclaré le président iranien.

Le dirigeant iranien a dénoncé ceux qui "croyaient disposer d'un joker". "De quel droit nous dites-vous ce que nous devons faire?", a-t-il lancé, jugeant que M.Obama, dont il a noté qu'il "veut changer l'image des Etats-Unis", avait été "mal informé".

Quant à Nicolas Sarkozy et Gordon Brown, "ils ne sont pas très importants pour nous", a-t-il ajouté, précisant que les dirigeants français et britannique n'étaient "pas très crédibles" et se livraient à un "jeu médiatique".

"Vous souvenez-vous, quand l'Irak a été attaqué, c'était sous le prétexte que le pays possédait des armes nucléaires ou des armes de destruction massive", a-t-il déclaré, assurant que "la patrie iranienne est honnête, cultivée" et n'a "jamais envahi les autres". "Nous avons fait preuve de retenue et décidé de ne pas réagir brusquement, parce que nous espérons vraiment que des changements fondamentaux vont commencer à se produire", a-t-il précisé.

Les armes nucléaires, auxquelles l'Iran est "fondamentalement opposé", sont "criminelles", "inhumaines", et quiconque les possède est "politiquement arriéré", a affirmé le président iranien. Elles sont aussi "inefficaces", a-t-il ajouté, et "n'ont pas sauvé l'Union soviétique" ni "aidé les forces américaines en Irak ou en Afghanistan" ou même "le régime sioniste" à Gaza ou au Liban.

Celles qui existent devraient "toutes être détruites", tandis que "la possibilité de toutes les nations d'avoir accès à une énergie nucléaire propre et écologique" doit être, selon le dirigeant iranien, préservée.

Evoquant Israël, Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que "certains pays n'ont pas signé le TNP [traité de non-prolifération] mais s'en prennent à d'autres", alors qu'ils ont "eux-mêmes plusieurs milliers de bombes".

Interrogé sur le risque d'une attaque israélienne contre ses installations nucléaires, le président iranien a déclaré : "Nous sommes capables de nous défendre".

Un porte-parole de l'AIEA a indiqué vendredi à Vienne que l'Iran avait informé l'agence onusienne le 21 septembre qu'il construisait un second centre d'enrichissement d'uranium.

Source : irna.ir
 

Publié dans SIONISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article