Onu : la déclaration de la Suède à propos d'Ahmadinejad est une claque cinglante pour les sionistes qui sont de plus en plus isolés

Publié le par BobGratton

STOCKHOLM — Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad n'a pas franchi la ligne rouge fixée préalablement par les délégations de l'Union européenne pour quitter la salle de l'Assemblée générale de l'ONU mercredi, a expliqué jeudi la présidence suédoise de l'UE.

Les délégations de l'UE s'étaient entendues pour quitter la réunion si le président iranien Mahmoud Ahmadinejad "niait l'Holocauste ou appelait à la destruction d'Israël", a indiqué une porte-parole du ministère suédois des Affaires étrangères.

La délégation suédoise ainsi que d'autres délégations européennes sont restées dans la salle, parce que "les critères fixés pour un départ de l'Union européenne de la réunion n'ont pas été remplis", a indiqué à l'AFP Cecilia Julin.

Interrogée sur ces critères, elle a expliqué qu'il s'agissait de "nier l'Holocauste et d'(appeler à) la destruction d'Israël. C'était l'accord entre les pays européens", a-t-elle dit.

La Norvège, non membre de l'UE, a elle aussi estimé jeudi que le président iranien n'avait pas franchi la "ligne rouge".

"A l'instar de la présidence suédoise de l'Union européenne et d'un certain nombre d'autres pays européens, nous sommes restés dans la salle parce qu'aucune des lignes rouges tracées au préalable par l'UE n'a été franchie", a déclaré à l'AFP Bjoern Jansen, porte-parole du ministère norvégien des Affaires étrangères.

Une douzaine de délégations, dont la française et l'américaine, ont quitté mercredi soir à New York la salle de l'Assemblée générale de l'ONU afin de protester contre le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, jugé "antisémite".

Interrogée sur les différences de comportement entre pays européens dans la salle, la porte-parole suédoise a répondu que la présidence de l'UE "ne commente pas sur qui est resté et qui est parti. Je pense qu'il y avait d'autres raisons pour les autres pays qui ont décidé de partir", a-t-elle dit.

De sources diplomatiques à Stockholm, la position européenne sur le discours du président iranien a été établie lors de discussions à New York.

Lors de son allocution, le président iranien s'est livré à un long réquisitoire contre l'état actuel du monde, reprenant à mots voilés la rhétorique classique du complot juif.

"Il n'est plus acceptable qu'une petite minorité domine la politique, l'économie et la culture dans une large partie du monde grâce à ses réseaux sophistiqués, instaure une nouvelle forme d'esclavage et nuise à la réputation d'autres nations (...), afin d'atteindre ses objectifs racistes", a-t-il dit.

Copyright © 2009 AFP.

Source : GoogleNews

NDLR :

Je ne commente même plus les "antisémites" tellement ça devient systématique et stupide.

Sans entrer dans le détail du discours de notre ami Ahmadinejad, qui fera certainement l'objet d'un autre article, la vidéo ci dessous, de la 7 italienne, montre par le montage que personne n'est dupe, que les deux sionistes ridicules qui quittent la salle ne perturbent en rien le discours qui continue devant un auditoire attentif.

Un proverbe chinois dit : c'est le chien qui remue la queue, et pas l'inverse.
Le groupuscule sioniste ne pourra pas éternellement faire croire qu'il représente le monde.
 

Publié dans SIONISME

Commenter cet article