Vincent Reynouard arrêté puis relâché en attente de son procès le 22 septembre

Publié le par BobGratton

Dimanche 20 septembre 2009
Le 7 septembre au matin, alors qu’il sortait avec deux de ses filles (il a huit enfants) de sa maison bruxelloise où il n’était pas revenu depuis des semaines, Vincent Reynouard, 40 ans, a été arrêté par des policiers belges et immédiatement transféré à la prison de Forest, mais une demande de bracelet électronique ayant été déposé, le militant révisionniste a été relâché le soir même avec interdiction de quitter la Belgique dans l’attente de la décision des juges.
Le 22 septembre doit avoir lieu à Bruxelles son procès en appel pour diffusion de brochures et tracts révisionnistes. En première instance, le 19 juin 2008, il avait été condamné à un an de prison ferme, la peine maximale outre-Quiévrain, 25 000 euros d’amende et 3 000 euros de dommages intérêts à verser au "Centre pour l’égalité des chances", sorte de "SOS-Racisme "local. Les magistrats ayant demandé l’arrestation immédiate de Vincent Reynouard, ce dernier vit en cavale depuis plus d’un an, poursuivant ses activité de manière clandestine.

(Rivarol n°2919, 18 septembre 2009)

Mise à jour du 23 septebre 2009
L’affaire Reynouard devant la cour d’appel de Bruxelles, inscrite au rôle du 22 septembre, même jour que le procès Dieudonné à Paris, est renvoyée, comme prévu, au 12 janvier 2010. Bonne chose, car les jours que passera d’ici là Reynouard en liberté, sous astreinte du port du bracelet électronique, seront décomptés de l’éventuelle peine de prison ferme qui pourra lui être infligée. Pouvoir s’impose, car sa peine sera sans doute atténuée vu l’évolution de la situation. Vu le fait, par exemple, que les États-Unis font maintenant figure d’ennemi potentiel d’Israël. Au cas où des bombardiers israéliens survoleraient l’Irak pour attaquer l’Iran, la chasse américaine pourrait en effet recevoir l’ordre de les intercepter, voire de les abattre. Tout ceci n’est que virtuel, mais une chose est sûre : il ne s’agit pas d’une rumeur. [ NDLR : oui, mais c'est le yoyo, Obama vient de menacer l'Iran ]

NDLR :

Pour vous faire une idée du "Centre pour l’égalité des chances", voici ci-dessous une vidéo de la RTBF avec Manuel Abramovicz, juif sioniste, qui nous parle de "lois", nous martelle le mot magique "négationiste", mais tout ça on s'en fiche ! Ce qui nous intéresse, ce qui intéresse le peuple, c'est pas des histoires de lois obscures votées en juillet par quelques députés juste après un coup monté visant à faire croire à une montée de l'antisémitisme.

Ce qu'on veut comprendre, franchement, et en toute bonne foi, c'est pourquoi un professeur de mathématiques respecté n'aurait pas le droit de partager ses questions et opinions historiques, c'est possible sur l'histoire de l'humanité toute entière, c'est le fondement même de l'histoire comme dit Zemmour sur France 2, et là, ce serait impossible nous dit Mr Manuel Abramovicz, juif sioniste.

Pourquoi ?
Parce que c'est la loi ?
Pourquoi cette loi ?
Et pourquoi tout ceci se transforme en affaire d'état ?

Cette dérive vers la dictature inquiète aussi des hommes politiques comme Bruno Gollnish, qui rappelons le, a tout de même remporté le procès en sorcellerie qui lui était intenté par l'équivalent de cette association.

Vidéo Vincent Reynouard avec Abramovicz, juif sioniste,  en  01:20

Publié dans SIONISME

Commenter cet article