Israel : une milice raciste déclare "protéger les jeunes filles juives des Arabes"

Publié le par BobGratton

Photo : Banlieue de Pisgat Ze'ev, nord de Jerusalem, à coté du mur la séparant du camp de réfugiés de Shuafat.
Protéger les jeunes filles juives des Arabes.
Source : ABE SELIG - Jpost - 18 sept 2009  
Traduction : BobGratton

Chaque nuit, des dizaines d'hommes dans le quartier de Jérusalem, Pisgat Ze'ev descendent dans la rue à la recherche de jeune femmes. Mais leur objectif n'est pas de compter fleurette. En fait, le groupe de quelques 35 volontaires cherche au contraire à empécher toute idylle et à enrayer ce que les résidents du quartier ont massivement dénoncé comme étant un problème croissant à Pisgat Ze'ev : des hommes arabes sortant avec des jeunes femmes juives.

Ce qui était autrefois exceptionnel, disent les habitants, est devenu la norme dans cette banlieue du nord de Jérusalem, qui est séparée par une barrière de sécurité du village palestinien d'Anata et des habitations éparses en bordure du camp de réfugiés de Shuafat (voir photo).

Les habitants affirment maintenant qu'à cause de l'emplacement de Pisgat Ze'ev et de la mixité croissante de la population arabo-juive, le phénomène des flirts interraciaux a augmenté, avec des ruptures explosives fréquentes entre la jeunesse arabe et juive, et avec une colère communautaire grandissante sur ce que beaucoup ressentent ici comme simplement inacceptable.

" Un événement rare ? " s'exclame ironiquement un commerçant du centre commercial interrogé cette semaine sur la question. " Mon ami, ce n'est pas rare du tout, c'est devenu une réalité. Pisgat Ze'ev s'est transformée en un gigantesque bordel si vous me pardonnez l'expression. "
" Les jeunes arabes viennent ici au centre commercial et nous le voyons tout le temps, ils emmenent les filles dans les toilettes, ils en rient ensemble. Et comme si ça ne suffisait pas, l'un d'entre eux a ouvert un vrai bordel en haut de la rue. Il y a des jeunes femmes juives là-dedans ! C'est une véritable honte ! "

Et c'est alors qu'intervient "Eish L'Yahadut" (feu pour le judaïsme), un groupe de volontaires composé à la fois de religieux et de laics parmi les résidents de Pisgat Ze'ev, qui marchent dans les rues la nuit en recherchant des filles du coin [juives] avec des hommes arabes.

" Nous ne sommes pas agressifs, et nous n'utilisons pas la violence ", a déclaré Moshe, 31 ans, membre du groupe, s'exprimant au Jerusalem Post ce jeudi.
" Notre objectif est d'être en contact avec ces jeunes filles et essayer de leur expliquer les dangers de ce en quoi elles s'impliquent. Au cours des 10 dernières années, 60 jeunes femmes de Pisgat Ze'ev sont parties pour les villages de la Cisjordanie ", a-t-il déclaré. " Et la plupart d'entre elles n'ont plus donné signe de vie après ça."

Moché dit que son groupe établit également des contacts avec les hommes arabes, pour les convaincre que poursuivre de telles relations n'est pas dans leur intérêt. " Une fois, une des filles avec qui nous sommes en contact avait son père dans la police de Jerusalem, il était Commandant." dit Moshé." Une fois que le gars avec qui elle était a entendu ça, les choses ont changé. "

Alors que certaines filles sont réceptives aux efforts du groupe, d'autres ne le sont pas. " Mais nous continuons à essayer ", dit Moshé. " Ce sont des filles qui ne connaissent rien de mieux, qui viennent de foyers brisés, et elles tombent sous le charme du gars ou de de ses beaux vêtements. Nous essayons de leur montrer que ce ne sont pas les choses les plus importantes, et nous avons des femmes qui leur parlent aussi. "

Selon Moshé, le groupe est actuellement en contact avec 17 filles, dont la majorité est dans l'enseignement secondaire. Le groupe s'est heurté à des affrontements physiques, mais, dit Moshé, le travail est accompli en total respect avec la loi et les hommes arabes qu'ils approchent sont souvent réceptifs aussi.

Toutefois, les résidents arabes du quartier ont dit au Post que le groupe pose des problèmes. " Ils viennent tout le temps nous harceler ", a déclaré Imad, qui travaille dans le centre commercial de Pisgat Ze'ev. « Je sortais avec une fille l'autre soir, ils sont arrivés et ont commencé à nous parler. Je n'aime pas ça, tu comprends ? En quoi ça les concerne avec qui je suis? "

Mais pour Moshé et son groupe, l'importance de leur travail réside dans les jeunes femmes qu'ils disent protéger. " Parfois, ces gars-là abusent des filles " dit Moshé." Alors que ça débute généralement après qu'ils soient mariés, il y a eu un incident récemment où l'un de ces gars battait la fille au milieu de la rue. Nous sommes intervenus, et elle l'a quitté, mais c'est une honte d'en arriver là."

Un autre enjeu majeur pour le groupe sont les bordels qui ont éclos dans le quartier. En plus de leur patrouille de nuit, le groupe organise des protestations devant les établissements de mauvaises réputation pour faire pression sur les propriétaires et les faire fermer.
" Notre mission n'est pas contre les Arabes ", dit Moshe. " Mais c'est pour la protection des femmes juives, où qu'elles soient. Et en ce qui concerne les bordels, la police n'intervient pas, parce qu'elles sont gérées par les familles du crime [mafia]. Mais si un nombre suffisant de résidents se dressaient contre eux, je crois qu'ils fermeraient. "

Dans cette optique, Eish L'Yahadut prévoit un rassemblement jeudi prochain devant le centre commercial, pour protester contre les bordels et ce qu'il appelle " l'inaction de la police " sur la question.
" Nous voulons que le quartier s'implique ", dit Moshe. " Parce que c'est notre quartier, et si nous ne le défendons pas, personne ne le fera."

Traduction : BobGratton
Source : jpost

NDLR :

Cet article est affligeant de racisme, de non sens et d'amalgames.
Il parle de "pauvres filles qui ne connaissent pas mieux" (sous entendu que les arabes !) mais l'exemple donné est la fille d'un commandant de la police israélienne.
Il parle de résidents "laics" dans un groupe qui a pour nom... "Feu pour le judaisme" !

Au début, le commerçant parle d'un bordel monté "par l'un d'entre eux" mais ensuite, on s'aperçoit que c'est en fait la mafia juive  propriétaire des bordels, soutenue par la police israélienne, sachant qu'israel est une plaque tournante de la traite des blanches.

Il tente de créer un amalgame entre les bordels et les flirts entre jeunes arabes et jeunes juives, afin d'assimiler les flirts de ces jeunes gens à de la prostitution.

Et ce racisme semble tout à fait normal pour le journaliste israélien.
N'est ce pas pourtant ce qu'il ont reproché aux allemands, juste avant de censurer l'histoire pour empécher les historiens de s'exprimer librement ?

Et ici, que voit on ?
On voit une milice juive raciste qui harcèle en toute impunité, légalement,  de jeunes couples mixtes sous des prétextes fallacieux. Pourrait on imaginer la même chose en France ?

Article(s) lié(s) : 
Israel, Haro sur les couples mixtes (
27.08.2009)
Des groupes d’extrême droite réclament une loi contre les mariages mixtes, voire contre tout rapport physique entre femmes juives et hommes arabes. Certains n’hésitent pas à recourir à la violence pour imposer leurs vues.



Publié dans SIONISME

Commenter cet article