Les juifs de Staline et le génocide Ukrainien

Publié le par BobGratton

16 septembre 2009
La guerre de la mémoire se poursuit entre la Russie et la Pologne pour savoir ce qu'il convient de cacher au public sur la seconde guerre mondiale.
Dans u
ne dépèche de Ria Novosti, Moscou s'indigne à propos d'une résolution spéciale que devrait adopter la Diète (chambre basse) polonaise, condamnant l'intervention des troupes soviétiques en Pologne le 17 septembre 1939.
Ce qui gène considérablement Moscou dans cette résolution, c'est qu'elle contient le terme "génocide".
 

Ce nouveau génocide viendrait donc s'ajouter à celui de l'Holodomor, le génocide des ukrainiens, reconnu officiellement en 2006, par l'Ukraine, et par les Etats Unis et le Canada comme crime contre l'humanité.


LE MARCHANDAGE DE L'HISTOIRE, DONNANT-DONNANT

En Août 2009,
Medvedev et Shimon Peres se sont mis d'accord pour entraver (et interdire) les recherches historiques, je cite :

"Nos pays ont subi d'énormes pertes humaines pendant la Seconde guerre mondiale et nous devons entraver la tendance à déformer l'histoire réelle au profit de tel ou tel scénario politique", a déclaré mardi M. Medvedev à l'issue de négociations avec le président israélien Shimon Peres.

"Nous ne pouvons pas voir tranquillement certains Etats nier les affres de l'Holocauste ou remettre en cause la contribution décisive de l'Union soviétique à la victoire dans la Seconde guerre mondiale", a ajouté le président russe.



LES JUIFS DE STALINE

L'article intitulé "les juifs de Staline" du journaliste politique juif israélien Sever Plocker, retrace les drames de l'histoire de l'URSS, et attribue quelques 20 millions de morts à la tcheka.
Je cite :

"...En peu de temps, la Tchéka devint l’organisation de sécurité d’Etat la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB...

... Il est impossible de connaître avec certitude le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags...

...Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même..."


Martin Gray, l'auteur juif de l'imposture "Au nom de tous les miens", est un ancien du NKVD.
Staline lui même était juif.


LA CONSTITUTION DE LA TCHEKA ET DE L'ADMINISTRATION BOLCHEVIQUE

Un article de Marc Weber donne la composition précise et nominative de la Tcheka, ainsi que de l'appareil administratif Russe du début de la révolution bolchévique. Il s'appuie pour ceci
sur le livre de Wilton, publié à Paris en 1921 sous le titre "Les derniers jours des Romanoffs".
Je cite :

" Sur ces 36 fonctionnaires de la Tchéka, un était Polonais, un Allemand, un Arménien, deux Russes, huit Lettons, et 23 étaient Juifs...
 
...D'après les informations fournies par la presse soviétique, sur 556 importants fonctionnaires de l'Etat Bolchevique, incluant ceux mentionnés précédemment, en 1918-1919 il y avait : 17 Russes, 2 Ukrainiens, 11 Arméniens, 35 Lettes [Lettons], 15 Allemands, un Hongrois, 10 Géorgiens, 3 Polonais, 3 Finnois, un Tchèque, un Karaim, et 457 Juifs..."



LE GENOCIDE UKRAINIEN

Le 7 août 1932, l'URSS promulgue une loi qui prévoit une peine allant de dix ans de déportation jusqu'à la peine de mort pour « tout vol ou dilapidation de la propriété socialiste », y compris le simple vol de quelques épis dans un champ. L'administration bolchévique s'appropriait les moyens de subsistance des paysans, des champs et des cultures qui leur appartenaient et étaient toute leur vie depuis des générations.

Entre 1932 et 1933, les bolchéviques ont réquisitionné toutes les céréales d'Ukraine, provoquant délibéremment la mort du quart de la population rurale, hommes, femmes, enfants (
3 millions), soit 10 millions sur les 40 millions à l'époque !

Il faut resituer cette action dans le contexte global, en 1932-1933, l'Allemagne, juste à coté, allait elle aussi subir un boycott terrible de la part des sionistes visant à affamer les deux tiers de leur population.


Le documentaire ci dessous a pour titre "La famine inconnue". Il a été diffusé par Radio-Québec (aujourd’hui Télé-Québec) le 16 avril 1983. Source : quebec-ukraine

 

Article(s) lié(s) :
Hitler voulait il la guerre ? Par Pat Buchanan

Publié dans HISTOIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paul 28/02/2016 07:15

http://www.un.org/esa/population/publications/migration/pressfr.htm