CORRUPTION ISRAËL - L'argent noir engendré par les trafics en tous genres est évalué à environ 10% du PIB israélien, soit 14 milliards d'euros.

Publié le par BobGratton

Sur le site israelvalley.com, un journaliste juif israélien, Jacques Bendelac, de Jérusalem,  tente d'expliquer ET justifier la corruption qui fait un peu tâche pour l'état d'israel si prompt à donner des leçons.

Son argumentation est principalement axée sur le fait que la corruption existerait partout, à un niveau au moins aussi important qu'en israel, il va même jusqu'à en estimer le pourcentage par rapport au PIB, affirmant que ce pourcentage de 10% serait le même "à peu près" dans les pays d'europe.
Il ajoute que le scandale vient du fait de la petite taille du pays ferait que... bla bla bla.

J'ai repris en gras quelques phrases clé, en les commentant, quant au texte intégral, il se trouve en fin de cet article.

"...
Le détournement de l’argent public n’est pas une invention israélienne...".
Evidemment, vu que cet état a été créé en 1948 ! Mais par contre, Israel est bien une invention de ceux qui détournent l'argent public.

"...Certes, Israël ne fait pas exception : l’argent noir engendré par les trafics en tous genres est évalué à environ 10% du PIB israélien, soit 14 milliards d’euros. C’est, à peu près, la même proportion que l’on trouve en Europe ou aux Etats-Unis..."
Je reste plus que sceptique sur le chiffre des 10% du PIB pour l'europe, même pour les pays sous influence ou occupation sioniste. J'aimerai bien savoir de quels pays il parle et d'ou il sort ces chiffres. Quant aux pays comme la Suède et la Norvège ou même l'Irlande, là, franchement, c'est un peu gros.

"...Si les dirigeants israéliens « donnent l’exemple » en s’adonnant aux trafics en tous genres, pourquoi le simple citoyen devrait-il s’en priver? ..."
Déjà, par moralité, mais c'est un concept qui ne semble pas l'effleurer un instant !
Ensuite, le problème est plus global et réside dans l'essence même d'israel :
- les fondations de cet état sont illégitimes, aux dépends des palestiniens,
- cet état pratique l'apartheid et la discrimination comme cette fameuse loi du retour,
- cet état fait propagande de l'idée discriminatoire de "peuple élu aux dépends des autres",
- les israéliens approuvent en majorité le massacre des palestiniens,
- israel a créé des armes nucléaires en toute illégalité,
- israel bombarde impunément les écoles de l'ONU,
- israel couvre les trafics d'organe en traitant les journalistes d'antisémite,
- Israël a donné son feu vert
aujourd'hui à la construction en Cisjordanie occupée,
- etc...

En clair, Israel est un état hors la loi peuplé de gens qui semblent en apprécier les avantages.
Ce qui étonne ce journaliste juif israélien, c'est que des politiciens ne respectent pas la loi d'un état hors la loi. On retrouve la même réaction qu'avec Madoff qui aurait "trahi les siens".

Ca me fait penser aux films de gangster ou les crapules, après avoir dépouillé des pauvres gens, finissent toujours par se trahir entre eux et à s'en offusquer en invoquant le fameux code d'honneur des voleurs !

"Qu’est-ce qui pousse les dirigeants israéliens à céder à la tentation de la corruption ?"
Les mêmes raisons qui poussent l'état d'israel à exister aux dépends des autres, notamment mais pas exclusivement des palestiniens, l'appât du gain, l'escroquerie, l'argent facile, l'absence de moralité...
Voir pour ceci le très bon article de Kim PETERSEN :
Uri Avnery est contre la guerre mais pas contre les fruits de la guerre.


Article d'israelvalley.com

Par Jacques Bendelac à Jérusalem
Rubrique: Editorial
Publié le 7 septembre 2009 à 06:22

LIBRE OPINION - UN SCANDALE PEUT EN CACHER UN AUTRE: la multiplication des affaires de corruption impliquant des élus israéliens, et jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, marquera le début de ce mois de septembre.

Qu’on en juge: deux ex-ministres (Abraham Hirshzon et Shlomo Benizri), coupables de détournements de fonds, ont commencé ce mois-ci à purger leur peine de prison ferme (de 4 à 5 ans chacun); un ancien Premier ministre (Ehoud Olmert) est inculpé pour malversations financières; et un ancien Président (Moshé Katsav) passe en justice pour agressions sexuelles.

Une question s’impose alors: qu’est-ce qui pousse les dirigeants israéliens à céder à la tentation de la corruption ?

A y voir de plus près, ces scandales s’expliquent par trois attraits principaux: celui de l’argent (Hirshzon et Benizri), du sexe (Katsav) et du pouvoir (Olmert).
Le détournement de l’argent public n’est pas une invention israélienne. Mais ici, la petite taille du pays donne à la corruption des élus une résonance particulière. Et la médiatisation croissante ne permet plus d’étouffer les scandales.

Si les dirigeants israéliens « donnent l’exemple » en s’adonnant aux trafics en tous genres, pourquoi le simple citoyen devrait-il s’en priver?
Et quelle différence y a-t-il entre le trafic d’influences politiques, le trafic d’armes et le trafic de stupéfiants ? Aucune: l’attrait de argent facile reste le même dénominateur commun. Et l’argent, c’est aussi le pouvoir et parfois le sexe.

Certes, Israël ne fait pas exception: l’argent noir engendré par les trafics en tous genres est évalué à environ 10% du PIB israélien, soit 14 milliards d’euros. C’est, à peu près, la même proportion que l’on trouve en Europe ou aux Etats-Unis.

Mais en Israël, la racine du mal est ailleurs: elle est dans le virage idéologique, pris au début des années 2000, vers le libéralisme économique à tout prix.
Dérégulation et privatisation ont fait apparaître de nouvelles occasions de corruption rampante, impliquant des élus et les milieux d’affaires.

Désormais, l’économie israélienne est gérée comme on gère une entreprise: la rentabilité devient le seul critère d’une bonne gestion. Or, si un patron peut se permettre de payer des pots-de-vin pour décrocher des marchés, un homme politique ne peut confondre les caisses de l’Etat avec sa fortune personnelle. Les ex-ministres Hirshzon, Benizri et Olmert l’ont peut-être compris, mais un peu tard.—

Jacques Bendelac (Jérusalem)
Source : israelvalley.com


Publié dans SIONISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article