Le professeur Robert Faurisson sur la mascarade du Père Patrick Desbois

Publié le par BobGratton

La mascarade du Père Patrick Desbois (par Robert Faurisson)
Source : Les intransigeants - 4 août 2009

Dans ce texte, l’éminent Professeur Faurisson nous donne des précisions sur la réaction de Boris Le Lay en développant celle-ci :

Il est connu qu’une tragédie peut s’achever en farce. Le Père Patrick Desbois est un sacré farceur, à la veste duquel Nicolas Sarkozy-Mallah vient d’agrafer le ruban de la Légion d’honneur. Avec sa « Shoah par balles en Ukraine », le bon père qui, dans son enfance, plumait poulets et pigeons bressans de la « plumerie » familiale, vient opportunément nous fournir une illustration de ce que les autorités juives exercent une implacable censure. En matière de Shoah elles ont obtenu le renoncement à l’histoire et le recours obligé à la fantasmagorie religieuse, et cela jusqu’à la mascarade. De Patrick Desbois, il faut lire Porteur de mémoires / Sur les traces de la Shoah par balles (Michel Lafon éd., Neuilly-sur-Seine, 2007, 335 p.) pour se rendre compte à quel degré de niaiserie la littérature holocaustique peut aujourd’hui descendre.

Selon notre homme, dans les fosses où on les avait jetés et enterrés vivants ou morts ou au fond des puits où ils avaient été précipités, les juifs ont bougé, respiré ou crié pendant trois jours (p. 93, 124, 208, 298). Il s’agit là d’une impossibilité physique et biologique.
Une main de juif, sortant du sol, s’est accrochée, ici ou là, à la pelle d’un fossoyeur (p. 92-93, 102). Impossibilité de même nature que la précédente.
(...)

Article complet sur le site des intransigeants


Publié dans HISTOIRE

Commenter cet article